Au bonheur des chevaux

Sauvetage des chevaux maltraités

Association reconnue par la fondation Brigitte Bardot et 30 Millions d'amis. Parrrainée par Henri-Jean Servat (écrivain et journaliste)


 

Je me nomme GIBOULEE,
j’ai le bonheur et le privilège de vous expliquer l’origine de l’association car j’étais là au tout début !
       il y a presque 20 ans.

 

  Un jour dans l’Oise….

 

Gilles lit son journal près de la cheminée où brûle un feu crépitant  bien que nous soyons en Mars:

« Marie il y a une foire aux chevaux à  Cambrai, que dirais tu d’aller faire un tour, depuis que nous désirons acheter deux chevaux pour faire des balades, maintenant que je suis en retraite ? 

« Super, vite les impers et les bottes »

2 heures plus tard, après avoir emprunté la terrible route des pavés du Nord, (l’enfer des coureurs  cycliste du Paris-Roubaix), un panneau indique « Grande foire aux chevaux », nous empruntons  un petit chemin boueux garni d’ornières, entre deux haies de noisetiers, que nous suivons sur un kilomètre environ,  plus nous avançons, plus le chemin se rétrécit , ce dernier chemin  semble interminable !  Enfin ils débouchent dans une cour de ferme, un bar où la bière coule à flot, une file d’hommes en blouses et pantalons noirs qui vident bière sur bière, le verbe haut, que Gilles appelle des maquignons.

2 bétaillères où sont attachés des chevaux que Marie s’empresse de caresser.

« Bonjour, pouvons nous voir les chevaux à vendre ? »

« Dans ce pré, vous avez les ânes et dans ceux du fond les chevaux, si vous trouvez votre bonheur , revenez me voir,  je vous indiquerai les âges, origines et prix ».

Et nous voici, futurs cavaliers  dans les parcs.

Gilles se dirige vers les juments avec leurs poulains et les superbes chevaux de concours, mais il est très vite attiré par un magnifique Alezan, fier, aux yeux magnifiques, seul dans une pâture. (Nous apprîmes plus tard qu’il était destiné à l’abattoir car boiteux !).

Quand à  Marie, elle est entrée directement dans le parc des ânes où très étonnée, elle m’ a découvert , petite pouliche d’environ  6 mois, sale, couverte de gale, maigre, bref affreuse !!! Et pourtant à la minute même elle entourait ses bras autour de mon cou, ce fût un coup de foudre mutuel ! La moins jolie mais à ses mes yeux la plus belle. Comme souvent, en Mars dans le Nord, il tombait une averse de neige fondue que l’on  appelle « giboulées de Mars », je m’appellerai donc Giboulée.

Le choix sera donc vite fait, au lieu d’acheter deux chevaux pour monter, ils en ont choisis deux  qui ne pouvaient être monté !!

En repartant vers le bar ou se trouvait le propriétaire, ils  découvrirent contre une haie une jument extrêmement maigre et très âgée, elle semblait attendre la mort, essayant en vain de protéger sa pauvre carcasse du vent et de la neige fondue.

« Quelle horreur, Gillou, si elle n’est pas soignée, elle va mourir !! C’est une honte, regarde on dirait qu’elle pleure, prenons là aussi je t’en prie !! »

Arrivé près du maquignon, Gilles va marchander le prix, mais le maquignon qui les surveillait  du coin de l’œil a bien vu l’attirance entre Marie et moi,  il annonce donc un prix  incroyable de 5000 frs, même prix pour Adam.

« Et la jument qui est seule là bas ? »

« La carne ? Je vous la fait au prix de la viande donc 2000 francs »

Flairant la bonne occase, il osa annoncer un prix exorbitant !!

 et voici Marie  et Gilles  devenus heureux propriétaires de 3 chevaux un boiteux, une galeuse et une très âgée.

 

Sur la route du retour, (ou nous avons bien manqué tomber en panne d’essence !!) ils ne parlent pas beaucoup, choqués par toute la misère entrevue.

« Tu sais il doit y avoir beaucoup de cas comme cela, il y a des refuges pour chiens et chats mais très peu pour les chevaux, et si nous en fondions un ? »

 

VOICI L’IDEE ETAIT LANCEE…


Réalisation Basik-web

Réalisation basik-web.fr